v2.2.9 (2309)

Humanités Contemporaines - HUM205 : Sciences politiques

Domaine > Sciences économiques et sociales, Humanités Contemporaines.

Descriptif

Il est question dans cette introduction d’interroger la notion des politiques de la modernitéà partir de deux blocs de d’historicités différenciées. La première est celle de l’État-Nation moderne. La seconde se rapporte aux formes de la pensée critique et des utopies contemporaines.

Dans le premier bloc historique moderne, l’analyse portera sur les théories philosophico-politiques de T. Hobbes et d’autres penseurs contractualistes. Nous interrogerons la notion du contrat socialet la réponse du Droitface à la prétendue guerre civile qui pèse sur « l’état de nature ». Nous examinerons par ailleurs le corolaire philosophique de la notion de « Modernité » à partir de la fameuse dissertation d’Emmanuel Kant intitulée « Qu’est-ce que les Lumières ?» (1784). Partant de cette double problématique, nous nous focaliserons sur quelques grands travaux de sociologie et d’histoire politique qui traitent des grands mécanismes de l’instauration de la modernité politique symbolisée par le phénomène de l’État-nation moderne. Trois grands courants seront particulièrement examinés. Le premier pense l’État comme étant un monopole de la violence physique (M. Weber). Le deuxième met l’accent sur la dimension idéologique et la violence symbolique (A. Gramsci ; P. Bourdieu). Le dernier étudie l’État comme une « continuation de la guerre par d’autres moyens – et cela à partir des grands mécanismes complexes de la gouvernementalité (M. Foucault).

Dans la deuxième séquence, il s’agit d’étudier quelques grandes théories critiques et utopiques modernes. Nous nous pencherons sur l’analyse de la réponse marxiste (Marx et Lénine) à partir de la question « Qu’est-ce que la Révolution ? ». Nous retrouverons également dans cette séquence des notions forgées par les travaux généalogiques de M. Foucault (le discours et la contre-conduite). Enfin, nous mettrons en perspective l’analyse marxiste et celle de M. Foucault avec l’interrogation contemporaine de Sylvain Lazarus sur le mode historique de la politique en intériorité.

nombre d'heure en présentiel

15

nombre de blocs

10

Volume horaire par type d'activité pédagogique : types d'activité

  • Leçon : 15

effectifs minimal / maximal

1/35

Diplôme(s) concerné(s)

Format des notes

Numérique sur 20

Littérale/grade européen

Pour les étudiants du diplôme Echange non diplomant

Pour les étudiants du diplôme Diplôme d'ingénieur

Vos modalités d'acquisition :

Ecrit d'1h30 sur la dernière séance

L'UE est acquise si Note finale >=
  • Crédits ECTS acquis : 1.5 ECTS
  • Crédit d'UE partagées acquis : 1.5

Programme détaillé

 

Séance 1 : mardi 6 février de 8h30 à 11h45.

 

L’autonomisation du politique : les dissociations modernes

 

 

Séance 2 : mardi 13 février de 8h30 à 11h45.

 

L’autonomisation du politique et ses négations (le fanatisme).

 

 

Séance 3 : mardi 27 février de 8h30 à 11h45.

 

Obéissance/servitude/désobéissance civile

 

 

Séance 4 : mardi 6 mars 8h30 à 11h45.

 

Aspects du dispositif démocratique moderne : conscience historique et idéologie (imaginaire, mythes et croyances politiques…)

.

 

 

Séance 5 : mardi 13 mars de 8h30 à 11h45

 

Sentiment moraux,  ressentiment, humiliation, cruauté,  rire….

 

 

 

Contrôle de connaissances : mardi 27 mars de 8h30 à 10h

 

 

Veuillez patienter